06 85 35 16 01
bonjour@portevoix.co

Bientôt une maison de répit en Alsace ?

septembre 1, 2019
Article rédigé par  
admin

En Alsace, depuis quelques années, des personnes engagées se démènent pour créer une maison permettant à la fois de s'occuper des aidés et aux aidants de souffler. Une parenthèse que ces derniers ne s'accordent que rarement. Zoom sur une initiative plus qu'indispensable.

En 2014, Michèle Brisset a créé avec d'autres bénévoles, l'association Asdepal (Association pour le développement de Palliance) qui milite pour la création d'une maison de vie dans le Bas-Rhin, en Alsace. Une alternative entre l'hôpital et le domicile, un foyer chaleureux dans lequel les gens pourront se sentir comme chez eux, entourés de soignants et de bénévoles pour les accompagner, et ainsi retrouver une qualité d’accueil et de vie.

À qui sera destinée cette maison ? À toutes celles et ceux qui sont actuellement gardés à la maison, en situation de handicap, ou porteurs de longues maladies ou de pathologies lourdes, souvent évolutives. Bref, à toutes les personnes qui sont dépendantes et ne peuvent plus rester seules chez elles, y compris celles qui sont en fin de vie.

Création d'un lieu de répit adapté

La maison comportera dix chambres pour des séjours allant d'une à trois semaines. « Nous voulons donc que cette maison soit à taille humaine. Jusqu'à présent, malheureusement, faute de structures adaptées, la solution la plus courante pour les aidants consiste à placer leurs proches à l’hôpital ou en Ehpad  pour un court séjour. C'est extrêmement culpabilisant pour eux. Ils se sentent démunis dans la mesure où il n'y a pas presque personne pour prendre le relais », explique Michèle Brisset.

À ce jour, il n'existerait qu'un seul lieu de ce type en France : la maison de vie de la Croix-Rouge à Besançon

Fonctionnant 24 heures sur 24, elle sera ouverte et adaptée à la fois aux patients et à leurs familles. Ce sera un autre moment de vie de détente et de souplesse dans leur existence. Elle proposera des activités telles que la musicothérapie, de l'art-thérapie, par exemple, souvent impossible à faire à domicile.

Michèle Brisset a foi en ce projet: proposer un lieu de répit pour accueillir les aidés et s'occuper d'eux. Et qui, par ricochet, permettra aux aidants de souffler pendant que d'autres personnes se chargeront de leurs proches. Un temps nécessaire pour se ressourcer et prendre du recul dans un quotidien qui demande d'être – parfois ou souvent selon les cas – dans une vigilance de tous les instants et une anticipation. Ce qui revient, en somme, à ne plus avoir un instant de répit pour eux-mêmes. Il est important de savoir que le manque de repos peut entraîner une surcharge mentale (souvent invisible aux yeux de l’entourage), une fatigue aussi bien physique que psychique.

Les bienfaits de ce projet

Michèle Brisset sait de quoi il en retourne. Elle a été infirmière d'équipe mobile de soins palliatifs. «Je me déplaçais en fonction des demandes à domicile, auprès des patients hospitalisés au Centre hospitalier universitaire et des résidents en Ehpad», dit-elle. Elle a pu observer les relations qui existaient entre des malades en fin de vie et leur entourage, des rapports qui se nouaient de façon subtile. «En faisant mes visites, je m'étais rendue compte de la charge que pouvaient avoir les aidants sur leurs épaules», regrette-t-elle.

Elle a aussi vécu personnellement ce parcourt d'aidante, pour avoir accompagné elle-même ses parents. « Je sais ce que cela implique. Ceux qui vivent cette situation le comprennent, ont les mêmes ressentis, ont les mêmes besoins. Il n'y a rien pour leur permettre de souffler. Je désire donc à ma façon pouvoir apporter des solutions pour les aider dans ce quotidien souvent compliqué, voire très difficile, et leur faciliter la vie. J'ai donc décidé, par la création de cette maison de répit, d'en faire mon cheval de bataille », dit-elle.

Désormais, où qu'elle soit, où qu’elle aille, elle parle de ce projet avec enthousiasme et dynamisme. Car elle sait tout le bienfait qu’il pourra apporter. Un seul problème : récolter les fonds nécessaire pour permettre à cette maison de voir le jour. C’est ce à quoi s’attellent aujourd’hui tous les bénévoles de l’association.

Comment aider ?

En soutenant ce projet en tant que bénévole ou donateur.

Chaque membre fondateur de l'association a été confronté à des épreuves. La plupart d’entre eux ont pris conscience que ce sont des moments forts de l’existence, pleins de richesses. Tous souhaitent donc que cette maison représente avant tout un lieu de vie !

Pour en savoir plus : www.asdepal.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

envelope-ophone linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram